Une technique de santé naturelle : la gemmothérapie

Moins connue que la phytothérapie (utilisation des plantes) ou que l’aromathérapie (utilisation des huiles essentielles), la gemmothérapie est la troisième branche de la phytothérapie, une des techniques les plus usitées en médecines naturelles. Et oui, les médicaments ne reprennent que les formules de plantes. On décide de revenir à l’origine en quelques sortes.

La gemmothérapie, c’est l’utilisation des bourgeons et des jeunes pousses. Elle est aussi appelée « phytembryothérapie » mais vu le nom on comprend que le terme « gemmothérapie » se soit davantage imposé😉. Cette technique s’est développée au Moyen-Age. Dans le bourgeons, il y a tout. L’idée a donc germé d’en tirer les principes actifs. En effet, les bourgeons sont des tissus en pleine croissance, bourrés d’énergies. Même les alchimistes s’y sont intéressés. Cette technique a d’abord été basée sur 2 bourgeons : celui de peuplier et celui de sapin.

Et puis la gemmothérapie s’est un peu faite oublier jusqu’à ce qu’un homéopathe belge, Pol Henry, ne la remette au goût du jour et créa celle que l’on connait aujourd’hui. D’ailleurs, vous remarquerez que les grands novateurs en médecines naturelles sont souvent belges, suisses ou allemands, question de religion sans doute, le protestantisme étant plus libéral que notre bon vieux catholicisme. Autre débat…

Intérêts de la gemmothérapie

Effectivement, la question peut être posée car la phytothérapie et l’aromathérapie apportent de vraies solutions naturelles aux résultats prouvées scientifiquement. Qu’apporte donc la gemmothérapie? Ceci s’explique par la constitution singulière des bourgeons et des jeunes pousses. Ils sont constitués de tissus embryonnaires qui emmagasinent toute l’énergie et les nutriments indispensables à la bonne croissance de la future plante.

Quand vous regardez un enfant qui court partout, qui sautent partout pendant de longues minutes sans montrer un quelconque signe de fatigue et que vous, vous avez du mal à courir 2mns de suite…vous vous dites forcément que vous aimeriez bien avoir l’énergie de cet enfant. La gemmothérapie, c’est cette énergie de vie exceptionnelle qu’elle apporte.

Les bourgeons et jeunes pousses sont donc hyper concentrés en principes actifs mais plus encore, ils vont renfermer l’ensemble des propriétés, des bienfaits de la plante (de l’arbre en réalité) : des feuilles jusqu’au fleurs, en passant par les fruits et la sève. Pas mal pour un petite chose de quelques millimètres de longueur. Renfermer toutes les parties de l’arbre, on appelle cela le « totum » en phytothérapie. C’est important de le comprendre car souvent le totum c’est une synergie cohérente, proche de la nature et sans dénaturation. On aime bien nous les naturo😀. On aime bien car votre corps va « comprendre » cette synergie, ce tout cohérent. Il va le comprendre davantage qu’un élément isolé. C’est un peu comme un couscous : les pois chiches seuls c’est bon mais l’ensemble est quand même bien meilleur 😉

Sous quelle forme?

En homéothérapie, il y a les dilutions. Je ne vais pas faire un cours là dessus. Il faut juste comprendre qu’à la base il y a une préparation à base de plante; cette préparation on va la diluer encore et encore (ce sont les fameux DH ou CH sur les tubes d’homéo).

Ici, point de dilution car on va venir faire macérer les bourgeons, fraîchement coupés durant la saison printanière, dans un mélange précis d’eau, d’alcool et de glycérine. On va filtrer et c’est tout. Ca va donner ce qu’on appelle un macérat-mère. Il n’y a donc aucune transformation. C’est donc une solution hyper concentrée d’un élément (le bourgeon, s’il vous plaît on suit un peu) hyper concentré pleins de nutriments et surtout d’énergie vitale.

Pour qui?

C’est pour tout le monde et ça c’est un super avantage. A la différence des huiles essentielles qui doivent être diluées et sont contre-indiquées pour les bébés, les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, la gemmothérapie ne pose pas de réels problèmes.

Ah si on évite les bourgeons hormonodépendant pour la femme enceinte (framboisier, airelle, sequoia, chêne) et c’est tout.

Le dosage est hyper simple :

  • pour les adultes, 1 à 3 fois/jour, 10 gouttes de macérat-mère dans un peu d’eau. A jeûn impérativement
  • pour les bébés, 1 goutte par jour dans le biberon
  • pour l’enfant jusqu’à 12 ans, 1 goutte par année d’âge (7 ans = 7 gouttes,…)

En cure de 3 semaines, à chaque fois

Quelques bourgeons intéressants

Cassis : macérat-mère est la base de la gemmothérapie. Véritable clés de vitalité, il potentialise les autres bourgeons. Il est « cortisone-like »…intéressant pour les allergiques non?

Tilleul : grand ami du sommeil

Figuier : ami de l’estomac, il améliore les troubles gastriques divers. Il est intéressant aussi pour calmer les nerfs. Son goût subtil est un régal

Noyer : ami du pancréas (pré-diabète, gestion du sucre difficile,…) et des intestins (flore intestinale perturbée,…)

Romarin + Bouleau : la cure de detox du printemps. Le romarin va jouer sur la détox du foie alors que le bouleau va s’occuper des reins.

Eglantier : pour booster le système immunitaire (en 3 à 6 mois) et ami des enfants

Gingko Biloba : le plus vieil arbre du monde!!! Véritable tonique de la circulation sanguine…ami des jambes lourdes

Chêne + Sequoia : ami des hommes. Complexe pour les troubles liés à l’andropause notamment

Framboisier + airelles : ami des femmes et de leur équilibre hormonal

Dernier conseil

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions ou des demandes particulières. On peut mélanger 3 macérats-mère ensemble sans problème et certains laboratoires font du super job avec les bourgeons.

Prenez soin de vous, encore et toujours

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.